Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Égalité femmes-hommes > 2e semaine de l’égalité professionnelle : 10-17 octobre 2014

2e semaine de l’égalité professionnelle : 10-17 octobre 2014

Article publié le dimanche 12 octobre 2014
  • Version imprimable

Parvenir à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes reste un défi : des écarts de salaire encore trop importants (24%) ; 80% des emplois à temps partiel occupés par des femmes ; 12% des métiers sont mixtes et les femmes ne représentent que 30% des créateurs d’entreprise.

Pour que l’égalité professionnelle et salariale, garantie par la loi depuis plusieurs dizaines d’années, se traduise enfin dans le quotidien des femmes et des hommes, dans les entreprises comme dans la fonction publique, le gouvernement entend agir dans trois grandes directions : la mixité des formations et des métiers, l’insertion professionnelle et l’effectivité de l’égalité au sein des entreprises.
 

C’est dans cet esprit que se tient pour la deuxième année consécutive la « semaine de l’égalité professionnelle ». Cette année ce sera du 10 au 17 octobre 2014.
 

Dans toutes les régions, les entreprises, les associations et les collectivités se mobilisent autour d’initiatives pour l’égalité professionnelle.

Parmi celles-ci : en Côte d’or une rencontre entre des lycéen-ne-s et des femmes qui exercent des métiers encore peu féminisés ; dans l’Eure une table ronde sur « l’égalité filles garçons dans les métiers de l’agriculture »  ou encore une Table ronde sur la mixité des métiers dans l’artisanat à la Foire de Montpellier, avec l’association Bâtir au féminin le 13 octobre ; dans le Maine et Loire une Manifestation sur la mixité des métiers au Conseil général, rencontre avec deux puériculteurs.

A l’heure où de nombreuses formations de l’enseignement supérieur sont encore peu mixtes (84% de filles dans les écoles paramédicales et sociales ; 42% dans les classes préparatoires aux grandes écoles, avec une disparité supplémentaire : peu de filles en classes préparatoires scientifiques et à l’inverse peu de garçons en classes préparatoires littéraires ; 27% dans les formations d’ingénieur par exemple), nous ne pouvons que saluer ces initiatives qui doivent être multipliées pour toucher un maximum de jeunes en particulier et porter enfin leurs fruits.
 

Voir l’ensemble des initiatives ici.
 


 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP